Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plume-pudding

Gastronomie

20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 23:17
il y a peu de passants dans la rue de Taïohaé : les agitations incessantes de notre existence européenne sont tout à fait inconnues à Nuka-Hiva. Les indigènes passent la plus grande partie du jour accroupis devant leurs cases, dans une immobilité de sphinx. Comme les Tahitiens, ils se nourrissent des fruits de leurs forêts, et tout travail leur est inutile... si, de temps à autre,
quelques-uns s'en vont encore pêcher par gourmandise, la plupart préfèrent ne pas se donner cette peine.
La popoï, un de leurs mets raffinés, est un barbare mélange de fruits, de poissons et de crabes fermentés en terre. Le fumet de cet aliment est inqualifiable.
[...]

On nous fit grande fête à Papéuriri, et nous y passâmes quelques journées délicieuses. -le soir par exemple c' était triste, et dans l' obscurité je sentais, quoi qu' on fît pour nous égayer, la solitude et la sauvagerie de ce recoin de la terre. La nuit, quand on entendait au loin le son plaintif des flûtes de roseau, ou le bruit lugubre des trompes de coquillage, j'avais conscience de l'effroyable distance de la patrie, et un sentiment inconnu me serrait le coeur.
Il y eut chez Tiahoui des repas magnifiques en notre honneur, -auxquels tout le village était convié : des menus très particuliers, des petits cochons rôtis tout entiers sous l' herbe, -des fruits exquis au dessert, -et puis des danses, et de charmants choeurs d' himéné.

[...]
Après la cérémonie, nous passâmes dans la salle du banquet. C'était en plein air, au milieu des cocotiers que les tables étaient dressées sous des tendelets de verdure.
Les tables pouvaient contenir cinq ou six cents personnes ; les nappes étaient couvertes de feuilles découpées et de fleurs d'amaranthes. Il y avait une grande quantité de pièces montées, composées par des Chinois au moyen de troncs de bananiers et de diverses plantes extraordinaires.
A côté des mets européens, se trouvaient en grande abondance les mets tahitiens : les pâtes de fruits, -les petits cochons rôtis tout entiers sous l' herbe, -et les plats de chevrettes fermentées dans du lait. On puisait différentes sauces dans de grandes pirogues qui en étaient remplies et que des porteurs avaient grand' peine à promener à la ronde. Les chefs et les cheffesses venaient à tour de rôle haranguer la reine à tue-tête, avec des voix si retentissantes et une telle volubilité qu' on les eût crus possédés. Ceux qui n' avaient point trouvé de place à table mangeaient debout, sur l' épaule de ceux qui avaient pu s'asseoir ; c' était un vacarme et une confusion indescriptibles...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents