Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plume-pudding

Gastronomie

22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 13:50
Pencroff reconnut plusieurs labbes, sortes de goëlands auxquels on donne quelquefois le nom de stercoraires, et aussi de petites mouettes voraces qui nichaient dans les anfractuosités du granit. Un coup de fusil, tiré au milieu de cefourmillement d'oiseaux, en eût abattu un grand nombre ; mais, pour tirer un coup de fusil, il fautun fusil, et ni Pencroff, ni Harbert n'en avaient. D'ailleurs, ces mouettes et ces labbes sont à peine mangeables, et leurs oeufs même ont un détestable goût.
Cependant, Harbert, qui s'était porté un peu plus sur la gauche, signala bientôt quelques rochers tapissés d'algues, que la haute mer devait recouvrir quelques heures plus tard. Sur ces roches, au milieu des varechs glissants, pullulaient des coquillages à double valve, que ne pouvaient dédaigner des gens affamés. Harbert appela donc Pencroff, qui se hâta d'accourir.

"Eh ! ce sont des moules ! s'écria le marin. Voilà de quoi remplacer les oeufs qui nous manquent !
- Ce ne sont point des moules, répondit le jeune Harbert, qui examinait avec attention les mollusques attachés aux roches, ce sont des lithodomes.
- Et cela se mange ? demanda Pencroff.
- Parfaitement.
- Alors, mangeons des lithodomes."
Le marin pouvait s'en rapporter à Harbert. Le jeune garçon était très-fort en histoire naturelle et avait toujours eu une véritable passion pour cette science. Son père l'avait poussé dans cette voie, en lui faisant suivre les cours des meilleurs professeurs de Boston, qui affectionnaient cet enfant, intelligent et travailleur. Aussi ses instincts de naturaliste devaient-ils être plus d'une fois utilisés par la suite, et, pour son début, il ne se trompa pas.
Ces lithodomes étaient des coquillages oblongs, attachés par grappes et très-adhérents aux roches. Ils appartenaient à cette espèce de mollusques perforateurs qui creusent des trous dans les pierres les plus dures, et leur coquille s'arrondissait à ses
deux bouts, disposition qui ne se remarque pas dans la moule ordinaire.
Pencroff et Harbert firent une bonne consommation de ces lithodomes, qui s'entre-bâillaient alors au soleil. Ils les mangèrent comme des huîtres, et ils leur trouvèrent une saveur fortement poivrée, ce qui leur ôta tout regret de n'avoir ni poivre, ni condiments d'aucune sorte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents